vendredi 30 novembre 2018

La princesse

La mise en page du livre de règles avance. En parallèle, nous allons commencer la phase de relecture. Mais pour l'heure, il est temps de parler d'un nouvel archétype. Ce mois-ci, il s'agit de la princesse qui a fui le luxe et le faste de la cité de Sablebrûlant en quête d'aventure.

Rapidité
La princesse est le personnage-joueur le plus rapide. Elle agit souvent la première et se déplace sur de longues distances. Très mobile, elle peut facilement se projeter sur un secteur stratégique pour par exemple verrouiller une porte, s'emparer d'un objet ou abaisser une grille avant l'adversaire. Elle a dans ses bagages une tenue de voyage qui lui permet d'évoluer plus rapidement sur des terrains accidentés. De plus, si un objet reste inaccessible, son singe chapardeur peut bondir de son épaule pour le saisir. La princesse paraît facile à toucher, mais c'est négliger sa résistance et sa capacité à esquiver.

Commandement
Son titre de princesse et son talent noble lui offrent une autorité naturelle sur les roturiers et les militaires. Combiné aux beaux atours qu'elle porte, la princesse lance 1d12 qu'elle peut relancer lorsqu'elle s'adresse à des personnages de rang inférieur. Elle peut ainsi facilement se faire respecter et obéir des quidams, mais aussi, à terme, prendre le commandement d'une troupe.

Expression de bravoure
Sa voix et ses paroles réconfortent les guerriers au combat. Elle peut rallier des régiments en déroute et redonner foi à ses amis démoralisés par l'apparition d'un monstre terrifiant… à condition qu'elle ne soit pas elle-même effrayée par la situation.

Expression courtoise
Tout le monde est bien veillant à l'égard des princesses et elle sait en jouer. Elle peut se faire un allier fidèle parmi les PNJ qui sera contrôlé par le joueur en dépensant un point de Volonté. Pratique pour retourner un ogre contre son Maître ou convaincre un sbire qu'il n'est pas dans le bon camp.

Archives du blog